Crash boursier et pandémie de corona. Relativement précis par rapport au centenaire de la grippe espagnole et du Vendredi noir


A l'occasion du centenaire de la grippe espagnole et du Vendredi noir, nous sommes à nouveau confrontés à une pandémie et à un crash boursier. Si l'on se glisse dans le mystique, on pourrait dire que la planète maltraitée riposte !


Des dizaines de milliards ont été pulvérisés sur le marché boursier pour relancer l'économie. Résultat : l'argent a disparu et la vague de faillites arrive. Bien entendu, l'État (ou le contribuable) devra à nouveau payer. Mais cette fois, c'est le virus qui est en cause et non les banquiers avides.


Les scientifiques, généralement à cheval, sont également confrontés à un désastre. Un minuscule virus démontre les capacités.
Ça résonne partout, la séquence a été décodée, un remède a été trouvé.
Une crise nationale se profile déjà entre l'Allemagne et les États-Unis parce qu'un vaccin aurait été trouvé en Allemagne et que M. Trump voulait en obtenir les droits exclusifs.


On entend sans cesse comment un grand progrès a été réalisé sur la voie de la vaccination, comment la percée a été annoncée, comment ce n'est qu'une question de semaines, de mois, d'années avant que le sérum puisse être distribué. Et en Italie, les gens meurent comme des mouches parce qu'il n'y a pas assez de respirateurs.


Le fait est que la vaccination pourrait être possible dans quelques mois. Mais d'ici là, plus de la moitié de l'humanité sera infectée. En outre, il n'est pas sûr qu'il y ait vraiment un vaccin. Cela peut être assez problématique, comme pour le sida ou l'hépatite C.


Il devient si lentement évident qu'il peut y avoir des effets tardifs même chez ceux qui sont guéris. En outre, il n'est pas certain qu'une infection qui a été vaincue conduira à une immunité à vie.
En outre, une rumeur chinoise veut que le virus ne soit pas originaire du marché de Wuhan, mais qu'il provienne d'un laboratoire. Pas nécessairement absurde, compte tenu des super propriétés de Covid-19.


Qui bono ? Je n'ai pas à pointer du doigt...


D'autre part, pour une évaluation finale, nous devons attendre la fin de la pandémie. Les scientifiques s'accordent à dire que cela prendra encore un certain temps, entre 6 mois et un an. La science est objective et aussi précise que possible dans ses déclarations.




Note personnelle : il est bon que le forum de mobbing ait rapporté à temps. J'ai pu acheter des masques de protection et de la nourriture durable. Ce n'est pas si excitant maintenant, mais si j'évalue correctement la situation, l'essentiel est de ne pas être infecté dans les trois prochains mois.